• unlimited access with print and download
    $ 37 00
  • read full document, no print or download, expires after 72 hours
    $ 4 99
More info
Unlimited access including download and printing, plus availability for reading and annotating in your in your Udini library.
  • Access to this article in your Udini library for 72 hours from purchase.
  • The article will not be available for download or print.
  • Upgrade to the full version of this document at a reduced price.
  • Your trial access payment is credited when purchasing the full version.
Buy
Continue searching

Le discours de la violence et du chaos politique dans la litterature Africaine

ProQuest Dissertations and Theses, 2011
Dissertation
Author: Gabriel Mampeme Kwambamba
Abstract:
Violence and political chaos are constant themes in African Francophone literature. The present dissertation attempts to demonstrate that many African writers describe violence and political chaos as rooted in the ways Africa was colonized. Selected works follow a chronological view of violence. In the first chapter, I analyze colonial violence in two novels, Ferdinand Oyono's Une Vie de boy (1956) and Mongo Beti's Ville Cruelle (1954). In both novels, violence is orchestrated by colonial agents toward natives, which is both physical and psychological. Oyono and Beti describe it as a tool used to force the colonized into submission. While Toundi, in Une Vie de boy , chose to record most situations in his diary, the two major characters in Ville Cruelle utilize other methods--resistance for Banda and counter-violence for Koumé. The second chapter is a study of Raoul Peck's 2000 film Lumumba . Peck portrays Congolese decolonization figure Patrice Lumumba's assassination as an illustration of continuing violence during the process of decolonization. Peck depicts the historical figure as an indomitable man who wants his fellow Africans to realize that independence does not equate real decolonization. In chapter three, I examine Ahmadou Kourouma's first novel Les soleils des indépendances (1970) and Aminata Sow Fall's L'ex-père de la nation (1987) to show examples of how African writers represent postcolonial feeling of disillusionment. Kourouma's character Fama is shown to be a victim of badly executed independence where African leaders begin to mimic colonial powers and perpetrate violence against their own people. This is also true in L'ex-père de la nation . He is an idealistic man who, once in power, gradually turns into a dictator. Kourouma's novel Allah n'est pas obligé (2000) is the subject of the last and fourth chapter where I analyze the manifestation of postcolonial chaos. In addition to exposing political violence through themes of dictatorship, Kourouma's novel exposes new language of violence such as war lords, child soldiers and unspeakable forms of violence amid chaos.

  LE DISCOURS DE LA VIOLENCE ET DU CHAOS POLITIQUE DANS LA LITTERATURE AFRICAINE

by

GABRIEL MAMPEME KWAMBAMBA

A DISSERTATION

Presented to the Faculty of The Graduate College at th e University of Nebraska In Partial Fulfillment of Requirements For the Degree of Doctor of Philosophy

Major: Modern Languages and Literatures (French)

Under the Supervision of Professor Chantal Kalisa

Lincoln, Nebraska

October, 2011

All rights reserved INFORMATION TO ALL USERS The quality of this reproduction is dependent on the quality of the copy submitted. In the unlikely event that the author did not send a complete manuscript and there are missing pages, these will be noted. Also, if material had to be removed, a note will indicate the deletion. All rights reserved. This edition of the work is protected against unauthorized copying under Title 17, United States Code. ProQuest LLC. 789 East Eisenhower Parkway P.O. Box 1346 Ann Arbor, MI 48106 - 1346 UMI 3487054 Copyright 2011 by ProQuest LLC. UMI Number: 3487054

  LE DISCOURS DE LA VIOLENCE ET DU CHAOS POLITIQUE DANS LA LITTERATURE AFRICAINE Gabriel Mampeme Kwambamba, Ph.D. University of Nebraska, 2011 Adviser : Chantal Kalisa

Violence and political chaos are cons tant themes in African Francophone literature. The present dissertation attempts to demonstrate that many African writers describe violence and political chaos as rooted in the ways Africa was colonized. Selected works follow a chronological view of violence. In the firs t chapter, I analyze colonial violence in two novels, Ferdinand Oyono’s Une Vie de boy (1956) and Mongo Beti’s Ville Cruelle (1954). In both novels, violence is orchestrated by colonial agents toward natives, which is both physical and psychological. O yono and Beti describe it as a tool used to force the colonized into submission. While Toundi, in Une Vie de boy, chose to record most situations in hi s diary, the two major characters in Ville Cruelle utilize other methods – resistance for Banda and counter-violence for Koumé. The second chapter is a study of Ra oul Peck’s 2000 film Lumumba . Peck portrays Congolese decolonization figure Patrice Lumumba’s assassination as an illustration of continuing violence during the process of decolonization. Peck depicts the historical figure as an indomitable man who wants his fellow African s to realize that independence does not equate real decolonization. In chapter three, I examine Ahmadou Kourouma’s first novel Les soleils des indépendances (1970) and Aminata Sow Fall’s L’ex-p è re de la nation

(1987) to show examples of how African wr iters represent postco lonial feeling of disillusionment. Kourouma’s character Fama is shown to be a victim of badly executed

  independence where African leaders begin to mimic colonial powers and perpetrate violence against their own people. This is also true in L’ex-p è re de la nation . He is an idealistic man who, once in power, gradually turns into a dictator. Kourouma’s novel Allah n’est pas obligé (2000) is the subject of the last and fourth chapter where I analyze the manifestation of postcolonial chaos. In addition to exposing political violence through themes of dictatorship, Kourouma’s novel expos es new language of violence such as war lords, child soldiers and unspeakab le forms of violence amid chaos.

iii   Acknowledgements The present work is the fruit of dedi cation and sacrifice made by people whose help and assistance are incommensurable. My thought goes first to Dr. Chantal Kalisa who provided me with ideas, times and orient ation during my research. I cannot forget important advice given to me by Dr. Thomas Carr who was willing to help me anytime, even during his sabbatical overs eas. I want to testify my gr atitude toward the other two members of my committee, Dr. Jordan Sump and Dr. James Lesueur for their assistance. I want to take this opportunity to recognize the ex traordinary efforts made by my father Thomas Kwambamba and my mother Dosithee Bala for my education and the education of nine siblings: Thank you so much mother and father! You are both my role model. May God bless and protect you! To my wi fe Christiane Kwambamba and all our children, Jean-Thomy, Christian-Audry, Angela -Dora and Samuel-Benedict, I dedicate this work for their unlimited and unconditional love.

1     Table des Matières

Abstract i Acknowledgements iii Les abréviations utilisées

Introduction générale 5 0.1. Violence et Chaos 5 0.2. Approche et techniques narratives 11 0.3. Brève description des chapit res et arguments principaux 20

Chapitre 1 : La Représentation de la violence colonial e dans Une vie de b oy et Ville Cruelle 24 1.0. Introduction 24 1.1. La Représentation de la violence dans Une Vie de boy 26 1.1.1. Le départ synonyme de perte 26 1.1.2. La violence comme moyen de soumission 32 1.1.3. L’observation et la Fau sse Naïveté de Toundi 35 1.1.4. La ségrégation à l’Eglise 39 1.1.5. La violence dès la Première Rencontre 43 1.2. La représentation de la violence dans Ville Cruelle 50 1.2.1. La discrimination dans la violence 50 1.2.2. La tentative de révolte 53 1.3. Conclusion 63

2     Chapitre 2 : La Violence Postcolo niale : Cas de Patrice Lumumba 68 2.0. Introduction 68 2.1. Lumumba le resistant 69 2.2. Représentation christique de Lumumba 83 2.3. Les Ennemis de Lumumba 93 2.4. Lumumba, un film auréolant 106 2.5. Conclusion 1113

Chapitre 3 : Violence et Chaos poli tique après les indépendances 118 3.0. Introduction 118 3.1. Indépendances : Désillusion et violen ce dans Les Soleils Des Indépendances 120 3.1.1. Fama le prince déchu 120 3.1.2. La grande disillusion 125 3.1.3. Les abus du parti unique 131 3.2. Le haut et le bas du dictateur africain, cas de L’ Ex-père de la Nation 140 3.2.1. Madiama ou le prototype du dictateur africain 140 3.2.2. La création d’un dictateur selon le roman de Fall 149 3.2.2.1. Le choix de Madiama à la tête du pays 149 3.2.2.2. L’entourage politique Madiama 155 3.2.2.3. Madiama et la presse 167 3.2.3. Le spectre du chaos et la chute de Madiama 170 3.2.4. Madiama ou la grande leçon 176 3.3. Conclusion 178

Chapitre 4 : Violence et Chaos en Afrique : De la Dénonciation dans Allah n’est pas Obligé

3     180 4.0. Introduction 180 4.1. Une jeunesse perdue et noyée dans la violence 181 4.2. Le chef de guerre au centre du chaos 195 4.3. Résignation et impuissance face au drame 217 4.4. Conclusion 225

Conclusion générale 226

Bibliographie 240

4     Abréviations utilisées

MCC : Mémoire collective congolaise OTAN : Organisation du Traité Nord -Atlantique (NATO en Anglais) PRO : nom de code non autrement identifié de l’opération que voul ait mener la CIA pour tuer Lumumba par empoisonnement. RP L : Raoul Peck Lumumba . Cela veut dire que c’est un extr ait retranscrit du film de Raoul Peck

5     0 Introduction générale 0.1.Violence et chaos Violence hier, violence aujourd’hui et certain ement demain aussi : Tout est finalement violence et chaos autour de cet artiste qu’est l’écrivain af ricain pré et postindépendance. Finalement le romancier et cin éaste africains s’en inspirent po ur proposer au public des œuvres dont l’esthétique est essentielleme nt basée sur un univers fait de violence et de chaos. La littérature africaine a vu le jour dans la violen ce, dans un univers coloni al où le « maître » blanc venu d’outre-Atlantique s’est prés enté aux Noirs en conquérant por teur de « civilisation ». Cette imposition d’une culture sur une autre ne s’est fait e sans heurte tant le colon qui considère le colonisé comme un inférieur, a voul u faire table-rase de tout ce qui ne faisait pas partie de son bagage emmené de l’Occident. Je dirai à la suite de Jacques Chev rier cité par Lorna Milne dans Postcolonial Violence, Culture and Identi ty in Francophone Africa, and the Antilles : « Née du fait colonial, et en réaction contre ce même fait colonial, la littér ature africaine pouvait difficilement s’inscrire autrement que dans une relation polémique avec le pouvoir, quelles qu’en soient par ailleurs les in carnations, coloniales, néocolonia les ou postcoloniales » (10). Ce qui est bien dit : Cet héritage colonial a fait de la littérature africaine une littérature opposante aux pouvoirs peu démocratiques qui se sont succédé les uns aux au tres dans différents Etats du continent, avant les indépendances (Ferdinand Oyono et Mongo Beti) pour dénoncer les méfaits de la colonisation, et après la période coloniale en s’en pren ant parfois le plus ouvertement (Ahmadou Kourouma), ou de manière subtile (A minata Sow Fall), aux « héritiers » du pouvoir colonial que sont les dirigeants africains. Cette littérature a été très engageante dès ses débuts, question de contexte dans lequel elle est née. En 1960 paraît Les bouts de bois de Dieu de Sembène Ousmane. Il y est question

6     des revendications des travailleu rs noirs de la ligne du chemin de fer Dakar-Niger. Ce roman est tiré d’une histoire vraie, celle de la grève des chemineaux, en 1947, qui voulaient des avantages pareils à ceux de leurs collègues fr ançais. Cette grève avait plongé la ligne dans le chaos. Elle a surtout été marquée par la participation et la bravoure des femmes noires qui ont pour la première fois pris la parole en public et qui on t soutenu leurs maris afin qu’ils aillent jusqu’au bout dans leur combat pour leurs droits élémentaires. Les bouts de bois de Dieu , après Ville Cruelle de Beti

(1954) et Une vie de boy d’Oyono (1956), peint en tant qu’œuvre de fiction, ce qu’ont été les relations entre le s européens et les colonisés. Deux ans après la publication d’ Une vie de boy et deux avant Les bouts de bois de Dieu , œuvre qui a tout d’une remise en question du diktat et de l’injustic e des colons, voit le jour Things Fall Apart (1958) du nigérian Chinua Achebe. La quintessence de ce roman d’Achebe repose essentiellement sur la thèse selon laquelle l’arrivée des colonisateurs en Afrique a mis fin à une certaine harmonie qui avait prévalu pendant des siècles dans une Afrique précoloniale. De ce fait l’ordre imposé est logiquement porteur de violence , ne serait-ce que sur le plan de la vision du monde pour laquelle les deux sociétés, africaines et europ éennes, étaient aux anti podes. Dans l’article «Colonialism, Polyvo cality, and Islam in L'aventure ambiguë and Le devoir de violence », Donald R. Wehrs fait une analyse pertinente. D’après lui, Things Fall Apart : presents western colonialism as the m eans by which an hegemonic, monological culture of imperialism displace traditional cultures characterized by religions and rituals that recognize through polytheisms a plurality of truths, or forces, of perspectives, and recogn ize through democratic of deliberative political institutions a plur ality of voices and interest. (1000)

Ceci voudrait dire que le discours unique qu’impose le colon va à l’ encontre de la pluralité qui avait toujours existé et qui se manifestait à tr avers le polythéisme africain. Evoquant le roman de Chinua Achebe dans l’arti cle « Charting the Constellati on: Past and and Present in Things

7     Fall Apart », Sofia Samatar explique: « The idea that the greatness of Things Fall Apart lies in its championing of African, specif ically Igbo, culture in opposition to the racist literature of the colonial era has been repeated so often that it has at last become a truism » (60). Achebe tenterait ainsi à travers son roman de faire un projet de …re-writing history in opposition to impe rialist discourse. In his own words, Achebe wrote to teach his readers ‘that th eir past – with all its imperfections – was not one long night of savagery from which the first European acting on God’s behalf delivered them’…His histor ical novels are therefore deliberate revision of the past… (61).

Le ton qu’utilise Achebe est très sarcastique, l’objectif étant de faire passer un message à résonnance de libération en tournant en dérision les Blancs et leur mission dite salvatrice. Cette littérature engagée se fait le de voir d’instruire, alors que Kourou ma évoque celui de témoigner. Achebe, en tant que romancier au service de l’hi stoire, se lance donc au secours d’une histoire africaine biaisée par le point de vue dominant du col onisateur blanc. L’Aventure Ambiguë de Cheikh Hamidou Kane voit ce déséquilibre sous un angle de la confrontation entre la culture islamique, séculaire en Afrique de l’Ouest, et la culture occidentale quand vient le moment de choisir comment éduquer le héro s du roman qu’est le jeune Samba Diallo. La violence dans L’Aventure Ambiguë porte essentiellement sur la perception même de la vision de la vie. Le duel est en effet inévitable entre les deux cultures. Selon Wehrs: Kane describes the spiritual str uggle of a young African noble-man, Samba Diallo, torn between the influence of his Islamic spiritual master and the influence of western secularism; Samba’ s internal turmoil revolves around his relationship with a succession of voices: the voice of his Islamic master, his pious and conservative father, his pragmatic and accommodations aunt, his European teachers and Pa risian friends (1001).

L’éducation de Samba Diallo est faite de viol ence. On en voudra pour i llustration le fait qu’à l’école coranique le maître Thierno se montre très violent et bat souvent l’enfant au motif que ce

8     dernier ne sait pas prononcer des versets du Co ran comme Dieu lui-même les avait prononcés. Samba est ensuite envoyé à l’école française parce sa tante est convaincue de la supériorité de la civilisation des Blancs faite d’ une technologie développée. Le pe rsonnage de Grande Royale, la tante de Samba, a ces mots que reprend Wehrs dans son article : « Il faut aller apprendre chez eux l’art de vaincre sans rais on » (1007). L’enfant est effec tivement envoyé en Europe pour y étudier. Mais au bout du tunnel c’ est un échec, et d’ailleurs plus qu’un échec, c’est une grande tragédie : Samba Diallo devient f ou et de retour dans son pays, il se suicide vraisemblablement. Cette folie peut être interprétée comme l’impo ssibilité pour Samba Diallo de gober une culture qui n’est pas la sienne. Il n’appartient par aille urs plus à sa culture d’origine après avoir été éduqué à la française en Europe. Quand bien même la mort de Sa mba Diallo est un acte violent, cette violence n’est pas le fait d’un mauvais traite ment physique de la part des colons mais la conséquence d’un choix qui a été opéré par ceux qui étaient en dr oit de lui choisir la voie à suivre entre deux culture s opposées. Je dirai que la présence européenne dans un Sénégal qui avait depuis des siècles intérioris é la pratique islamique a entraî né le chaos qu’est la vie de Samba Diallo. C’est une histoire de métissage culturel impossi ble, mais aussi d’une page tournée à jamais : celle de la société africaine dans sa puret é, sans influence extérieure. La violence dont souffr e Samba Diallo dans Les bouts de bois de Dieu est différente de celle subie par Toundi et ses compatriotes dans Une vie de boy dans ce sens que dans le roman d’Oyono la violence physique est orchestrée par les colons blancs. Le devoir de violence (1968) d’Ouologuem est aussi un roman qu i évoque la violence. Selon Wehrs, « Ouologuem’s people, the Dogon of Southern Mali, asso ciate the fluidity, surprisingne ss, and wonder of language with a pluralistic, polytheistic cosmos …Ouologuem reconstructs African history as a dark inversion of Dogon mythology ; moving from the brisk recoun ting of centuries of violence, slavery, and

9     treachery… » (1013). Le texte d’Ouologuem mont re que contrairement à la mythologie Dogon pluraliste, les Noirs se sont montrés depuis de s siècles violents entr e eux. Wehrs reprend un extrait du roman d’Ouologuem qui soutient que cet te violence précède l’arrivée des colons : « Le Nègre, n’ayant pas d’âme mais seulement des bras – contrairement à Dieu – dans une infernale jubilation du sa cerdoce et du négoce, de l’intime et de la publicité, abattu, débité, stocké, marchandé, disputé, adjugé, vendu, fouett é, attaché et livré – avec mépris attentif, studieux, souffrant – et aux Port ugais et aux Hollandais et aux Anglais…, fut jeté aux quatre vents’ » (1014). Ouologuem résume cette violence par une néologi e : « la négraille ». Tout ce qui est dit ci-haut ferait donc partie de l’attitude et de la violence « négraille »: « Sous le coup de la nécessité, le père vendait son fils, le frère son frère » (1014). La thématique de la violence dans la litté rature africaine a été traitée par plusieurs auteurs. J’estime que cette littér ature a couvert de manières sy nchronique et diachronique tout aussi bien la période pré et post indépendance. Ce sujet de la vi olence et du chaos étant très vaste, il m’a fallu limiter mon champ de recherche sur les œuvres que je considère représentatifs des courants dominant des périod es de leurs parutions respectives ou de la période évoquée dans le contenu. Il est question dans cet te thèse de la violence et du chaos politique tels que représentés dans les œuvres suivantes repa rties dans quatre chapitres : Une Vie de boy (1956) de Ferdinand Oyono, Ville Cruelle de Mongo Beti (1954) pour le premier chapitre, le film Lumumba (2000) de Raoul Peck pour le deuxième chapitre, Les Soleils des indépendances (1968) d’Ahmadou Kourouma, L’ex-père de la nation (1987) d’Aminata Sow Fall au chapitre trois et Allah n’est pas obligé (2000) de Kourouma pour le dernier chapitre.

10     Il faut reconnaître à la lumière des roma ns parus après les indépendances que les pionniers de la littérature et de la pensée afri caines , notamment l’idéologue Frantz Fanon dans Les damnés de la terre et dans une certaine mesure Lumumb a, dont la courte carrière politique avait fait l’objet du film Lumumba (2000) de Raoul Peck analysé dans le deuxième chapitre de cette thèse, ou encore Ferdinand Oyono et Mongo Beti dont les romans (chapitre premier de la thèse) ont été publiés avant le grand mouvement des indépend ances, ont cru un peu naïvement que le seul mal était la présen ce du colon violent, raciste, in juste, et qu’il suffisait que « les compatriotes », l’expression est de Toundi dans Une vie de boy , se retrouvent libérés de la présence étrangère pour que la pa ge de la violence et du chaos soit définitivement tournée. Les romans postcoloniaux ont prouvé tout le contraire. Le signal, nous allons le voir, va être donné par Les Soleils des indépendances d’Ahmadou Kourouma (voir le tr oisième chapitre) qui paraît en 1968. En 1979 paraissait un autre pamphlet, La vie et demie du congolais Sony Labou Tansi. Le roman qui a lieu dans une ré publique bananière imaginaire, la

Katamalanasie, est une dénonciation de la dictature africaine dans ce qu ’elle a de férocité et d’inhumanité avec des tortures et des exécutions sommaires. Cependa nt, contrairement à Kourouma ou à Chinua Achebe qui revendiquent l’historic ité de leurs œuvres, Labou Tans i avait toujours clamé de son vivant que son roman n’était pa s inspiré d’une quelconque histoi re vécue, le plaçant sous un angle purement d’esthétique litté raire. Pourtant le leitmotiv d’Une vie et demie est assez proche de la thématique de la dict ature africaine traitée dans L’ex-père de la nation paru huit ans plus tard, soit en 1987 (voir deuxièm e chapitre de cette thèse). Birahima, l’enfant-soldat qui raconte sa vie dans Allah n’est pas obligé (chapitre quatre), a le malheur de naître et grandir dans un pays où la violence est devenue le mode de vie de tout

11     le monde, en commençant par les seigneurs de gue rre qui ruent sur des por tions de territoires, ressources et populations, jusqu’au petit-sold at qui fait la loi grâce à son kalachnikov. 0.2.Approches et techniques narratives Les auteurs ont recouru à certaines techniques narratives pour repr ésenter in fine la violence et le chaos dans leurs différentes œuvr es. Pour ce qui est des voix narratives, Allah n’est pas oblig é de Kourouma, Une vie de boy de Ferdinand Oyono et L’ex-père de la nation d’Aminata Sow Fall sont écrits à la première personne du si ngulier. Cette écriture veut faire du récit une sorte de mémoire rédigé pour la postérité: Madiam a raconte les péripéties qui ont conduit à son élévation au pouvoir suprême de l’Etat puis à sa chute. C’est une intrigue en grande partie linéaire portant sur ses huit années à la tête de so n pays. Il est au départ un chef adulé puis petit à petit il perd la légitimité à cause de la crise qui s’y établit et qui est incarnée par les mouvements de manifestations des opposants que son régime brime et réprime avec grande violence. Mais pour le besoin de la cause, il arrive à Fall de r ecourir à une intrigue en zig-zag, notamment pour illustrer certains détails antérieurs au réci t en cours. Un exemple est donné lorsque Madiama explique comment il a fait la connaissance de sa seconde femme Yandé qui a eu une grande emprise sur lui et qui a largement contribué à sa chute. Cette technique, on va le voir, permet au lecteur d’avoir une meilleure id ée du récit reconstitué car le lecteur n’est pas omniscient et ne connaît les autres personnages et leur passé qu’à travers le portrai t que le héros dresse d’eux. De son côté, Birahima utilise la première personne du singulier pour témoigner de ce qu’il a vu sur la guerre civile. Le “je” de Birahima a valeur de source de première main qui ôte tout doute sur ce qu’il a vu lui-même au sujet de la violence dans ses pérégrinations d’un village à un autre, d’un camp rebelle à un autre pendant des années qu’il a passées dans le maquis comme enfant-soldat « sans crainte ni reproche », pour reprendre sa propre expression.

12     C’est pareil avec Toundi ( Une vie de boy ) qui écrit à la première personne du singulier pour témoigner de la violence dont lui et ses comp atriotes ont été victim es. Mais si Toundi ne s’exprime pas toujours devant ses maîtres par peur de réprimandes et de correction physique, il a cependant à sa portée son regard qui voit tout et lui permet de démystifier les Blancs et son carnet pour prendre note de ce qu’ il a vu. Son poste de travail es t stratégique pa rce qu’il lui permet d’entrer dans l’intimité des colons qui ont leurs points faibles (a dultères, incirconcis, menteurs, gratuitement méchants). Si Oyono dans Une vie de boy utilise le journal intime, recourant à une méthode déjà utilisée au 18ème siècle, celle de présenter son ouvr age comme un document en rapport avec une histoire vraie dont l’auteur se rait le personnage principal, Ville Cruelle de Beti est une description avec un narrateur omniscient et omni présent. Fall a essentiellement choisi la méthode descriptive dans la présentation de cett e violence et ce chaos politique. Kourouma par contre a plus utilisé une littérat ure qui dénonce et qui pointe le doi gt accusateur en direction des responsables de cette crise. Dans le film Lumumba , Raoul Peck a de son côté recouru à un medium qui utilise le son et l’image pour apporter son message. Il n’y a pas une figure de style qui so it mieux exploitée que l’ironie dans Une Vie de boy . C’est une manière pour Toundi et ses compatriotes de tourner en dérision les colons qu’ils ne peuvent combattre que par le rega rd et par un langage qui ne susc iterait pas nécessairement la colère de l’autre, mais le rendrait ridicule en dépit de sa puissance. L’ironie, comme arme redoutable entre les mains de pers onnages faibles, est aussi utilis ée dans le chant Tetela, de la tribu de Lumumba. Le chant énonce qu’on ne peut ni pleurer ni enterr er Lumumba parce qu’en le faisant on serait tué par les Blancs. Le sarc asme au ton amer est utilisé par Kourouma dans Les soleils des indépendances et Allah n’est pas obligé , notamment pour démontrer le degré de

13     paranoïa des régimes qui sont nés après les indépendances. Fama ( Les soleils des indépendances ) est arrêté pour une histoire de rêve, simplement, pas d’autres crimes. Dans L’ex-père de la nation l’auteur se moque du rôle joué par les représentants de la colonisation : Andru par exemple, a contribué à la montée de l’image de Madiama, le dictateur puissant. Il est ridicule parce qu’il ne peut se passer du terme « excellence » devant Madiama. C’est encore lui Andru qui fait créer le mystère au tour de la personnalité Madiama: « Vous ne devez pas vous perdre dans la foule, Excellen ce », lui suggère-t-il. Mais l’expression du sentiment est partout dans les ouvrages et film exploité s dans cette thèse. La gestion hasardeuse de la chose publique dans le continent ( L’ex-père de la nation ) a donné naissance à une litté rature particulièrement satirique et sarcastique. C’est une littérature proche du reportage dans ce sens, pour ce qui est de Kourouma, que l’auteur recourt aux éléments qui se rapportent aux temps et aux lieux dans Les Soleils des indépendances et Allah n’est pas obligé . Le caractère réaliste de la péripétie aurait pour effet d’emba ller et de sensibiliser le lecteur. Les déboires d’un pers onnage du genre Madiama ne se ra pportent-ils pas au sort en général des dictateurs déchus en Afrique ? Par ailleurs le chao s rapporté par Birahima, l’enfant- soldat du roman de Kourouma, Allah n’est pas obligé , dont le récit est in spiré par la guerre civile en Sierra-Leone et au Liberia dans le s années quatre-vingt-di x, ne serait-il donc pas l’aboutissement logique de ce qui est déjà décrié par Fama dans Les soleils des indépendances ? Cette écriture de la violence est une fiction inspirée des faits vécus. Il arrive à Kourouma de parler des faits, des personnages et des dates hi storiques associés au récit fictif. C’est ce que j’appelle la fiction faite du réel. C’est cette écriture que pr oposent Kourouma, Fall et Peck. C’est une manière de démontrer qu’il existe un lie n très profond entre ce qui est rapporté dans le roman et le film, et ce qui s’est effectivemen t passé. Evoquant le modus operandi de son roman

14     Les Soleils des indépendances , Kourouma affirme dans son entr etien avec Chemla: « J’ai voulu écrire quelque chose pour témoigner. Il y av ait un long passage – qui a été supprimé - dans lequel je critiquais ouvertement le régime de Houphouët » (26). En attendant le vote des bêtes sauvages a été aussi motivé par le devoir de témoi gner, avoue Kourouma : « L’axe principal du roman est pour moi de témoigner. C’est ma vision de l’Histoire qui est déterminante dans mes romans » (27). La thèse que ce travail compte défendre est que la violence qui a fait partie du système coloniale a donné naissance à la violence dans les Etats nouvellement indépendants dont les leaders ont souvent remplacé, à travers leurs acte s, l’ancienne violence coloniale orchestrée par les Européens en terres conquises. Ce que cette thèse présente est cette représentation par les romanciers africains de la pé riode postcoloniale, des dirig eants africains (Madiama dans L’ex- père de la nation , le président de la République Socialise de Nikinaï dans Les soleils des indépendances , et les chefs de guerres du Liberia dans Allah n’est pas obligé ) qui, après avoir succédé aux colons à la tête de leurs Etats se sont mis à traiter leurs propres compatriotes comme des sujets à coloniser avec une violence qui souvent si elle n’est pas au niveau du colon blanc la dépasse même. Il va ressortir de l’analyse des textes des sentiments allant de la simple frustration de la part de certains personnages à la révolte: Koumé va se rebeller contre un patron mauvais payeur dans Ville Cruelle en le bousculant, ce qui entraîne la mort du blanc; les enfants-soldats ( Allah n’est pas obligé ) qui sont exploités par Colonel Papa le bon vont exprimer leur colère en le tuant, occasionnant ainsi leur libér ation; le père de Diakité, qu i en avait marre de l’injustice qu’on lui fait subir dans Les soleils des indépendances , va utiliser l’arme fatale pour se défendre, son fusil de chasse l’ aide à tuer le secrétaire géné ral du parti au pouvoir, symbole de

15     l’exploitation et de la dictature méchante pos tcoloniale. Le sentimen t d’indignation est aussi présent. Lorsque Koumé est retrouvé mort, dans Ville Cruelle , la population qui pense qu’il a été tué par les colons blancs et leurs collaborateur s noirs s’indignent et e xpriment leur colère par des insultes aux « agents régionaux » accusés d’êt re des vendus et des traîtres ; de même que Toundi est indigné quand il assiste aux bastonnades de ses compatriotes accusés sans preuve de vol chez un commerçant grec. Le sentiment de déception est présente aussi bien pour Toundi qui n’est pas accepté comme un membre entie r de sa société d’adoption que Fama ( Les soleils des indépendances ) qui sort littéralement les mains vides des luttes pour l’i ndépendance, lui qui s’était battu contre la colonisation. L’analyse des Soleils des indépendances va démontrer que finalement pour Fama, les indépendances sont pare ils à la colonisation, tous enfants issus de la même couche. Chacun des auteurs voudrait aussi présenter les colons selon l’image négative qu’ils renvoient aux colonisés notamment da ns le ton paternaliste: dans L’ex-père de la nation le dernier représentant de la colonisation invi te la population à confirmer Madiama lors des élections annoncées, pendant que le roi des Belges Beaudouin Ier ( Lumumba ) a un ton paternaliste dans son discours à l’occasion de l’Independence du Congo: il met en grade les Congolais contre toute modificatio n des structures que son administration a mises en place, parce que jugeant les africains mo ins ingénieux que les Blancs. Le « colon » finalement n’a pas toujours la peau blanche. Les di ctateurs qui s’enlisent au pouvoi r et qui sont peints comme des monstres, à l’image de Madiama et le présiden t de la république soci aliste de Nikinaï ( Les

Full document contains 247 pages
Abstract: Violence and political chaos are constant themes in African Francophone literature. The present dissertation attempts to demonstrate that many African writers describe violence and political chaos as rooted in the ways Africa was colonized. Selected works follow a chronological view of violence. In the first chapter, I analyze colonial violence in two novels, Ferdinand Oyono's Une Vie de boy (1956) and Mongo Beti's Ville Cruelle (1954). In both novels, violence is orchestrated by colonial agents toward natives, which is both physical and psychological. Oyono and Beti describe it as a tool used to force the colonized into submission. While Toundi, in Une Vie de boy , chose to record most situations in his diary, the two major characters in Ville Cruelle utilize other methods--resistance for Banda and counter-violence for Koumé. The second chapter is a study of Raoul Peck's 2000 film Lumumba . Peck portrays Congolese decolonization figure Patrice Lumumba's assassination as an illustration of continuing violence during the process of decolonization. Peck depicts the historical figure as an indomitable man who wants his fellow Africans to realize that independence does not equate real decolonization. In chapter three, I examine Ahmadou Kourouma's first novel Les soleils des indépendances (1970) and Aminata Sow Fall's L'ex-père de la nation (1987) to show examples of how African writers represent postcolonial feeling of disillusionment. Kourouma's character Fama is shown to be a victim of badly executed independence where African leaders begin to mimic colonial powers and perpetrate violence against their own people. This is also true in L'ex-père de la nation . He is an idealistic man who, once in power, gradually turns into a dictator. Kourouma's novel Allah n'est pas obligé (2000) is the subject of the last and fourth chapter where I analyze the manifestation of postcolonial chaos. In addition to exposing political violence through themes of dictatorship, Kourouma's novel exposes new language of violence such as war lords, child soldiers and unspeakable forms of violence amid chaos.