• unlimited access with print and download
    $ 37 00
  • read full document, no print or download, expires after 72 hours
    $ 4 99
More info
Unlimited access including download and printing, plus availability for reading and annotating in your in your Udini library.
  • Access to this article in your Udini library for 72 hours from purchase.
  • The article will not be available for download or print.
  • Upgrade to the full version of this document at a reduced price.
  • Your trial access payment is credited when purchasing the full version.
Buy
Continue searching

Insularite, migration et identite au sein de la litterature et du cinema antillais contemporains

Dissertation
Author: Stephanie M. Silvestre
Abstract:
My dissertation, entitled "Mobile Islands: Home, Migrancy and Identity in French Caribbean Narratives", examines the representation of home, space and migration in French-Caribbean literature and film. Using original narratives of Guadeloupean and Martinican writers and filmmakers, I demonstrate that the sociological phenomenon of mobility between the Caribbean and France has become a determining factor in the construction of identity of French-Caribbean people. I explain that migration presently highlights the specificity of the diasporic experience of French Caribbean people who are constantly divided about whether to consider France as an extension of home, a second home or as a "home-abroad". In this sense, I argue against the dominant understanding of migration as exile, which fails to suggest the actual magnitude of identity and cultural transformations inflicted by displacement or dislocation and the type of consciousness migration to/from France produces upon the French-Caribbean subject. I also argue that displacements due to migration and travel make the notion and location of home debatable because French-Caribbean subjects never really stay in one place. Finally, whereas scholarship of the mid 20th century produced by eminent writers such as George Lamming, V.S. Naipaul and Edward Kamau Brathwaite tends to focus on the exilic nature of Caribbean migration and the confining aspect of insular life, I contend that in French-Caribbean narratives, migration is reflected as an on-going phenomenon that allow different types of negotiation and mediation between the French-Caribbean subject and his/her living spaces. Therefore I propose new concepts such as transitional migration and migrancy in order to address the complex evolution of migration within French-Caribbean societies and its affect on the identity and cultural construction of French-Caribbeans since the colonial era until the current era of globalization.

NORTHWESTERN UNIVERSITY

Insularité, Migration et Identité au sein de la Littérature et du Cinéma Antillais Contemporains

A DISSERTATION

SUBMITTED TO THE GRADUATE SCHOOL IN PARTIAL FULFILLMENT OF THE REQUIREMENTS

for the degree

DOCTOR OF PHILOSOPHY

Field of French and Francophone Studies

By

Stéphanie M. Silvestre

EVANSTON, ILLINOIS

December 2008

3331157

3331157

2008

2

© Copyright by Stéphanie M. Silvestre 2008 All rights reserved

3

ABSTRACT

Insularité, Migration et Identité au sein de la Littérature et du Cinéma Antillais Contemporains

Stéphanie M. Silvestre

My dissertation examines the representation of home, space and migration in French-Caribbean literature and film. Using original narratives of Guadeloupean and Martinican writers and filmmakers, I demonstrate that the sociological phenomenon of mobility between the Caribbean and France has become a determining factor in the construction of identity of French-Caribbean people. I explain that migration presently highlights the specificity of the diasporic experience of French Caribbean people who are constantly divided about whether to consider France as an extension of home, a second home or as a “home-abroad”. In this sense, I argue against the dominant understanding of migration as exile, which fails to suggest the actual magnitude of identity and cultural transformations inflicted by displacement or dislocation and the type of consciousness migration to/from France produces upon the French-Caribbean subject. I also argue that displacements due to migration and travel make the notion and location of home debatable because French-Caribbean subjects never really stay in one place. Finally, whereas scholarship of the mid 20 th century produced by eminent writers such as George Lamming, V.S. Naipaul and Edward Kamau Brathwaite tends to focus on the exilic nature of Caribbean migration and the confining aspect of insular life, I contend that in French-Caribbean narratives, migration is reflected as an on- going phenomenon that allow different types of negotiation and mediation between the French- Caribbean subject and his/her living spaces. Therefore I propose new concepts such as transitional migration and migrancy in order to address the complex evolution of migration within French- Caribbean societies and its affect on the identity and cultural construction of French-Caribbeans since the colonial era until the current era of globalization

4

ACKNOWLEDGEMENT AND DEDICATION The writing of this dissertation has been a real intense journey and I was able to complete it thanks to the constant support and encouragement of my loved ones. Therefore I would like to thank my mother Simone who has always been my inspiration and I hope she will be forever proud of me as I dedicate this dissertation to her. I would also like to thank my advisor and mentor Doris Garraway who played such a significant role in this process. I would like to thank her for always pushing me to do my best and to use my intellectual capacities to the fullest. I would like to thank her for her precious guidance and incredible professionalism. Then, I would like to thank my sister Sabrina who has always been supportive especially when I needed it the most! I would like to thank my father Berthaud whose quiet support has always been felt strongly even from miles away. I would like to thank my best-friend Jessy who always understood me when I had doubts and who always found the right and cheerful words to motivate me, bode lanmè pa lwen, indeed ! I would like to thank my close friends for their love and support: Jean-Marc, Jean-Yves, Fabienne, Rob, Warren, Hervé, Isabelle, Stéphane, Steve, Ursula, Magali, Chris, Xavier, Walter and all my friends who have always encouraged me from day one. I would also like to deeply thank the whole Silvestre family, the Calif family, the Wilfred family and the Gilles family. I would also like to thank all the members of my dissertation committee for their guidance and for such a friendly and fruitful defense experience: Bachir Diagne, Scott Durham and Richard Iton. I would like to thank other NU faculty members for their support: Jane Winston, Janine Spencer and Sylvie Romanowski (thanks for the tips regarding the defense!). Finally, I would like to thank my NU friends and peers: Brad, Eleana, Kelsey, Abby and Edna.

5

TABLE DES MATIERES

Corpus de recherche 6

Chapitre 1 : Introduction 7

Chapitre 2 : Ecritures de l’Insularité 36

A) (D)écrire la ville antillaise 53

B) Vie et survie dans la campagne antillaise 70

Chapitre 3 : L’Ile en Images 84

A) Du cinéma d’auteur au cinéma « commercial » 88

B) Un autre vécu antillais 102

i. Cadre rural 103 ii. Cadre maritime 114

Chapitre 4 : Paris : La Troisième Ile Antillaise 118

A) Initiation, Intégration et Construction du sujet antillais dans l'espace migratoire parisien. 125

B) « Pointe-à-Pitre-Paris » : Aller simple et/ou Aller(s)-Retour(s) ? 145

Chapitre 5 : Une Approche Féminine De L’Espace Migratoire Parisien 165

A) Errance et survie parisienne chez Thérèse Parise Bernis 171

B) Parcours d’exil chez Gisèle Pineau 190

Conclusion 214

Références 217

Appendix 229

6

CORPUS DE RECHERCHE

Textes :

Bernis, Parise Thérèse. Parise. Souvenirs encombrants de la Guadeloupe (Paris : Ramsay, 1997)

Condé, Maryse. Un cœur à rire et à pleurer. Contes vrais de mon enfance (Paris : Laffont, 1999)

Césaire, Aimé. Cahier d’Un Retour Au Pays Natal (Paris : Présence Africaine, 1946)

Frankito. Pointe-à-Pitre-Paris (Paris : L’Harmattan, 2000)

Odet, Maria. Une enfance antillaise, voyage au fond de ma mémoire (Paris : L’Harmattan, 1992)

Pineau, Gisèle. Un Papillon dans la Cité (Paris : Sépia, 1992)

Pineau, Gisèle. L’Exil selon Julia (Paris : Stock, 1997)

Zobel, Joseph. Quand la neige aura fondu (Paris : Présence Caribéenne, 1950)

Entretiens :

Louis, Patrice. Aimé Césaire, Rencontre avec un Nègre Fondamental (Paris : Arléa, 2004)

Vergès, Françoise. Aimé Césaire, Nègre je suis, nègre je resterai. Entretiens avec Françoise Vergès (Paris : Albin Michel, 2005)

Films :

Flamand-Barny, Jean-Claude. Nèg Maron , 2005.

Grandman, Christian. Tèt Grenné , 2000.

7

CHAPITRE 1 Ma thèse doctorale analyse l’insularité et la migration antillaise à travers des œuvres littéraires produites par Aimé Césaire, Joseph Zobel, Maryse Condé, Gisèle Pineau, Frankito, Thérèse Parise Bernis et Marie Odet ainsi qu’à travers des long-métrages antillais réalisés par Jean-Claude Flamand-Barny et Christian Grandman. Grâce à ce support textuel et audiovisuel, j’étudie deux espaces ou plutôt deux « îles » : l’île caribéenne et l’Ile de France. J’analyse les nombreux déplacements qu’effectue le sujet antillais masculin et féminin au sein et entre ces deux espaces et j’interroge les répercussions de ces déplacements sur sa construction et sa transformation identitaire. Selon les discours critiques portant sur les œuvres de romanciers antillais tels que Patrick Chamoiseau, Raphaël Confiant, Maryse Condé ou encore Gisèle Pineau, l’espace est considéré comme un pivot de l’expérience antillaise car c’est « l’élément nodal à partir duquel transite la diversité des trajectoires de l’identité » 1 . Les Antilles françaises sont ainsi des espaces insulaires de société de plantation où se sont développées des identités chaotiques, pour reprendre l’expression d’Edouard Glissant. Cependant avec le pic du phénomène migratoire du peuple antillais commencé dans la deuxième moitié du vingtième siècle, des nouvelles interrogations identitaires vont émerger au sein des espaces insulaire et migratoire et c’est le cheminement de ces interrogations identitaires à travers ces espaces que je propose d’analyser dans ma thèse. Pour mener à bien ma recherche, j’utilise un corpus littéraire et cinématographique me permettant de démontrer comment ces interrogations redéfinissent ou challengent les enjeux notionnels portant sur l’insularité et la migration antillaise contemporaine.

1 Christiane Chivallon, « Du Dilemme entre discours et matérialité : Quelques réflexions inspirées par Jean Benoist à propos de la construction de la réalité sociale antillaise». Au Visiteur lumineux : Des Iles créoles aux sociétés plurielles : Mélanges offerts à Jean Benoist (Guadeloupe : Ibis Rouge Editions, 2000 : Preface)

8

C’est au sein de la littérature antillaise et plus récemment dans le cinéma antillais que l’on trouve le mieux exprimé les résonances profondes de l’espace insulaire antillais et de l’espace migratoire français avec une clairvoyance particulière pour les trajets circulaires qui s’y opèrent. Assez récemment, les écrits de sciences humaines consacrés à l’univers antillais et particulièrement à la Diaspora noire des Amériques se sont montrés très sensibles à cette dimension de l’espace qu’ils associent à la question identitaire. Comme l’explique Mary Gallagher: Caribbean identity is shaped by geographical relations. Moreover, expressions such as pensée archipélique 2 , “Black Atlantic”, or “repeating island,” all of which locate the specificity of the Caribbean in relation to space, necessarily reinforce the primacy of spatial apprehensions of the Caribbean condition. 3

L’œuvre de Paul Gilroy, The Black Atlantic (1993) cité par Mary Gallagher dans le passage ci- dessus est un exemple théorique du discours qui pense l’expérience noire du nouveau monde par référence à une localisation, celle de l’océan, pour traduire à travers celle-ci l’idée d’une culture en mouvement, jamais définitivement fixée ou déracinée : une culture qui s’échapperait de par son histoire singulière, à la logique des nations territorialisantes : […] the Black Atlantic brushes our understanding of culture against the grain. It directs us not to the land, where we find our special soil in which we are told national culture takes root, but toward the sea and the maritime life that ringed and crossed the Atlantic ocean bringing more fluid and less fixed “hybrid” cultures to life. The sea’s liquid contamination involved both mixture and movement. 4

La théorie de Paul Gilroy est pertinente dans la mesure où la culture antillaise est véritablement une culture composite en constante effervescence. Les déplacements migratoires (qu’ils soient de type outre-atlantique ou inter-continental) des populations antillaises participent activement à cette effervescence et Gilroy souligne le caractère bénéfique du voyage migratoire

2 En référence à la section « La pensée archipélique » chez Glissant dans Traité du Tout-Monde , p.31 3 Mary Gallagher, Ici-Là, Place and Displacement in Caribbean Writing in French (New-York: Rodopi, 2003) 4 The Black Atlantic, Modernity and Double-Consciousness (Cambridge: Harvard University Press, 2005), 5.

9

transatlantique en tant que tel. Son discours est humaniste et politique dans la mesure où la formation politique et culturelle qu'il nomme Atlantique Noir se définit comme « un désir de transcender à la fois les structures de l'état-nation et les contraintes de l'ethnicité et du particularisme national. » 5 . Cette dynamique politique inscrite dans le discours de Gilroy aurait cependant tendance à occulter le contexte socio-économique et culturel qui affecte profondément les circonstances des migrations des populations antillaises. Un contexte qui demeure crucial comme l’indique Maria Cristina Rodriguez dans What Women Lose, Exile and the Construction of Imaginary Homelands in Novels by Caribbean Writers (2005) : Caribbean people have been migrating from countryside to city, from island to island, from island to metropole in search of a better life since sugar became the most marketable product in Europe and in the Americas. 6

Le contexte socio-économique et culturel est ainsi à prendre en sérieuse considération si l’on veut analyser les migrations des populations antillaises car c’est en fonction de ce contexte, avantageux ou désavantageux, que se met en place le processus migratoire du sujet antillais qui se retrouve inscrit dans une logique identitaire et diasporique de plus en plus complexe. Je rejoins ainsi Rodriguez qui affirme en réponse aux « plaisirs de l’exil » émis par George Lamming 7 que la migration antillaise notamment celle en direction des grandes métropoles européennes ou nord-américaines est inscrite dans une logique principalement économique qui s’exprime sous différentes formes : The « pleasures » would be largely economic: an opportunity to study, to work, to shape one’s own life without social or family pressures, and in the eyes of the people back home, to be successful. Puerto Rican, Dominicans, Haitians, Jamaicans, Trinidadians, Barbadians, Antiguans,

5 Paul Gilroy, L’Atlantique noir, modernité et double-conscience , traduit par Jean-Philippe Henquel (Paris : Collection Kargo, 2003), 8. 6 Maria Cristina Rodriguez, What Women Lose, Exile and the Construction of Imaginary Homelands in Novels by Caribbean Writers (New York: Peter Lang Edition, 2005), 1-2. 7 Georges Lamming, The Pleasures of Exile (Ann Arbor: University of Michigan, 1960)

10

Guadeloupeans converge in metropolitan centers as they seek jobs that will allow them a space they can begin to define. 8

Les plaisirs que procurent l’exil et la migration sont d’abord des opportunités socio- économiques selon Rodriguez qui ensuite agiraient sur la construction identitaire du sujet antillais. Une telle affirmation pondère ainsi le discours de Lamming qui préfère voir en l’exil un sentiment de plénitude dans la marginalité d’un statut ou de la non-appartenance à un lieu ainsi qu’un sentiment de liberté aussi bien physique qu’identitaire. Selon Lamming, le fait de partir, de migrer et de s’exiler peut être vécu comme une aventure existentielle bénéfique hors de l’île caribéenne. Cependant mon travail de recherche démontre que dans les textes d’auteurs antillais comme Condé, Zobel ou Frankito, cette aventure existentielle a un prix parfois lourd à payer et que l’expérience migratoire peut être à double tranchant. En effet, même si les guadeloupéens et les martiniquais ont depuis le début du 20 ème

siècle cette « opportunité » de se déplacer à travers les espaces et de se rendre notamment en France, leurs démarches migratoires demeurent complexes et s’expriment par exemple à travers l’obtention d’une bourse universitaire, d’une opportunité de travail ou d’une échappatoire à une condition sociale insulaire insoutenable. En analysant ces déplacements des populations guadeloupéennes et martiniquaises vers les grandes métropoles françaises et particulièrement vers Paris, je me rapproche de Stuart Hall dont les travaux analysent le phénomène migratoire et exilique des populations caribéennes ou plutôt de la Diaspora Noire des Amériques et son évolution 9 . Selon Hall, la diaspora Afro-Caribéenne est “doublement diasporisée“, d’abord à

8 Rodriguez, Preface. 9 Stuart Hall considère l’archipel antillais comme étant “la première, la plus pure, la diaspora originelle” car “tout le monde vient d’ailleurs“. Selon lui, “nous ne sommes pas seulement une diaspora vivant dans un endroit où le centre est toujours ailleurs, mais nous sommes aussi la rupture elle-même avec des sources culturelles originelles passées par des traumas de violence”. « Cultural Identity and Diaspora », Theorizing Diaspora: A Reader (London: Blackwell Publishing Book, 2003), 9.

11

travers un premier mouvement de l’Afrique vers les Caraïbes, puis une seconde fois à travers les mouvements multiples de la Caraïbe vers les Amériques ou l’Europe. Je reprends dans ma thèse ce concept afin de montrer que les Antilles françaises continuent à subir cette « double diasporisation » si l’on observe les mouvements et les déplacements actuels des populations guadeloupéennes et martiniquaises vers les grandes villes de France métropolitaine. En outre, selon Hall à travers ces déplacements et ces migrations, l’Antillais serait devenu le prototype du nomade moderne ou post-moderne du Nouveau Monde dans la mesure où il circule constamment entre un centre et sa périphérie 10 . Le discours de Hall rejoint d’ailleurs celui de Zygmunt Bauman 11 qui perçoit la migration comme une condition du nouveau monde moderne/post-moderne caractérisée par une instabilité permanente, et dans le cas de la Caraïbe, un mouvement continu entre le centre (espace privilégié) et la périphérie (espace en marge). Selon Bauman, le centre est l’espace blanc hégémonique et prédominant qui impose son langage, sa culture, ses valeurs, ses traditions et ce qui doit se conformer aux normes. Au sein de cet espace hégémonique existe un centre urbain/métropolitain qui, loin d’être un espace fixe, peut s’étendre ou se rétrécir en fonction des fluctuations extérieures et de ses nécessités. La binarité présente entre centre et périphérie illustre ainsi la binarité que je veux souligner entre les Antilles et la France. En effet, je veux analyser ce caractère binaire de l’expérience migratoire antillaise afin de démontrer qu’entre l’espace insulaire antillais et l’espace migratoire français, il y a un état de l’entre-deux propice à la transformation identitaire et culturelle du sujet antillais et ce nouvel état serait symbolisé, selon les écrivains antillais, par le déplacement continuel ou par le voyage incessant de la population antillaise entre ces espaces. Cependant,

10 Stuart, 9. 11 Zygmunt Bauman ,« The Making and Unmaking of Strangers. », Debating Cultural Hybridity: Multi-Cultural Identities and the Politics of Anti-Racism , eds. Pnina Werbner et Tariq Modood ( Londres : Zed Books, 2000), 46- 47.

12

j’insiste à démontrer que cet état de l’entre-deux crée par le déplacement constant entre espace insulaire et espace migratoire n’est pas un état proclamant une liminalité des espaces 12 comme le proclamerait par exemple Edward Saïd dans « Intellectual Exile : Expatriates and Marginals » et repris par Benjamin Graves dans « Edward Said’s « liminal intellectual ». 13 Le sujet antillais n’est pas un sujet en marge de deux espaces mais plutôt un sujet évoluant constamment au sein de ces deux espaces. Je tente de le démontrer an affirmant que le sujet antillais est toujours soumis au dynamisme, à la transformation et à l’imprévisible résultant de ses déplacements à travers ces espaces dont il a la liberté d’en revendiquer l’appartenance ou pas. Ce perpétuel va et vient entre deux pôles précis est par conséquent la source même de la migration des populations guadeloupéennes et martiniquaises. La théorie de Hall est utile pour notre étude afin de souligner le binarisme complexe de l’expérience migratoire antillaise qui demeure une expérience d’étrangeté partagée par de nombreux Antillais et ressentie de manière plus accrue par les nouvelles générations d’Antillais. Ce binarisme évoqué précédemment n’est cependant pas partagé par tous et des critiques comme Mary Gallagher 14 affirme que le binarisme argumenté dans le discours de Hall fige l’expérience migratoire antillaise entre deux espaces et va à l’encontre du concept glissantien du « Tout-Monde » qui est un concept théorique sur la spatialité plus ouvert dont l’enclenchement

12 Selon Tracy Whalen, la liminalité renvoie à tout ce qui est dans la marge, ou sur les bords de la société, les côtés d’un continent, les limites de son propre corps, ou à la fin d’une étape dans la vie et du commencement d’une autre. « Introduction : De la Rhétorique considérée comme une Praxis de la Liminalité », RHETOR , Volume 1, Juillet 2004, 10. 13 “ The exile therefore exists in a median state, neither completely at one with the new setting not fully disencumbered of the old, beset with half-involvements and half-detachments, nostalgic and sentimental on one level, an adept mimic or a secret outcast on another”, cité par Benjamin Graves dans « Edward.W Said’s « liminal intellectual », Postcolonial Studies: CLR James and Edward W. Said , 1997, 14 Ici-Là, Place and Displacement in Caribbean Writing in French (New-York: Rodopi, 2003), 19.

13

des contacts culturels favorise l’émergence de plusieurs centres et de plusieurs périphéries. Comme l’indique Edouard Glissant lui-même : Le «Tout-Monde », c’est le monde actuel tel qu’il est dans sa diversité et dans son chaos. Pour moi, le chaos n’est pas seulement le désordre, mais c’est aussi l’impossibilité de prévoir et de régir le monde. La relation signifie un rapport de transversalité et non pas de causes à effets […] Il faut que nous habituions notre imaginaire à ces nouvelles organisations du monde, où le rapport entre le centre et la périphérie va être complètement différent. Tout sera centre et tout sera périphérie 15 .

Malgré la pertinence de cette critique et l’ouverture au monde par le biais de l’expérience migratoire que Glissant tente de défendre, je m’en écarte afin de montrer dans ma thèse comment les auteurs antillais qui traitent de l’expérience migratoire des guadeloupéens et des martiniquais articulent leurs problématiques autour de ce binarisme existant entre l’île caribéenne et la France métropolitaine. C’est précisément entre les Antilles et la France, deux espaces stratégiques, que continuent à s’effectuer les circulations incessantes des Antillais, ce qui a donné lieu à l’émergence d’une véritable communauté migrante et immigrante antillaise au sein même du territoire français et notamment en région parisienne. L’émergence d’une telle communauté, l’évolution de son statut au sein de l’espace migratoire ainsi que les difficultés et les espoirs qui ponctuent le quotidien de cette communauté sont d’ailleurs de plus en plus évoquées et analysées par des auteurs antillais tels que Gisèle Pineau, Frankito, Suzanne Dracius, Fabienne Kanor qui ont la particularité d’avoir vécu entre les Antilles ou la France et vice et versa. Autrement dit, en ne remettant pas en cause le concept de Glissant du « Tout-Monde » qui prévoit un agrandissement, une généralisation et une intensification de la migration antillaise, j’insiste dans ma recherche sur l’importance de l’espace insulaire et de l’espace migratoire français dans la transformation identitaire du sujet antillais. Je montre que la migration antillaise ne s’inscrit pas

15 Tirthankar Chanda , « La « créolisation » culturelle du monde, entretien avec Edouard Glissant », 2000, < http://www.diplomatie.gouv.fr>

14

dans un binarisme réducteur car cette migration complexe à la particularité de se transformer et de varier dans la mesure où elle fut dans un premier temps une migration masculine pour finalement devenir une migration féminine et qu’elle prend aussi en compte l’existence de d’autres générations d’Antillais en proie à des questionnements identitaires et culturels différents. La préoccupation majeure des auteurs antillais tels que Condé, Pineau, Dracius, Frankito ou Kanor continue d’ailleurs à s’articuler autour de cette question identitaire, trouble et liée à un (dés)enracinement ainsi qu’aux déplacements continuels entre les espaces. En mettant en avant le phénomène de migration trans-continentale qui définit la migration antillaise, j’étudie la manière dont certains textes et certains films antillais révèlent les conflits, les compromis, les paradoxes et les découvertes que ce type de migration génère sur le sujet antillais. Grâce à mon corpus littéraire et cinématographique j’étudie les techniques de mise en texte et de mise en scène de l’espace insulaire et de l’espace migratoire parisien afin de révéler la ligne de force qui se dégage à travers la migration antillaise et qui est le reflet des liens transnationaux d’une communauté structurée en Diaspora. Une Diaspora au statut particulier car contrairement aux antillais anglophones dont la majorité proviennent d’îles ayant obtenu leurs indépendances au milieu du 19 e siècle, les Antillais originaires de la Guadeloupe, de la Martinique et de la Guyane demeurent des citoyens français quelque soit l’espace, insulaire ou migratoire, qu’ils aient choisi pour y vivre. L’immigration des ressortissants des Antilles Françaises révèle en effet un statut particulier 16 parce qu'elle concerne des « nationaux de couleur » et elle cristallise aussi l'évolution sociale, identitaire et culturelle des populations de

16 Carole Boyce-Davies l’affirme elle-même dans Black Women Writing and Identity, Migrations of the subject : “[…] the term « immigrant », with which many Black people in large European centers are marked, is a term which, Stuart Hall asserts, « places one so equivocally as really belonging somewhere else.”; 114.

15

ces départements d'Amérique. Mon analyse rejoint alors celle du critique français Philippe Dewitte qui affirme dans un article portant sur le statut des Antillais en/de France : « Au vu de leur situation politique, culturelle et sociale dans l’Hexagone, force est de constater qu’il y a du vrai dans le mot d’Aimé Césaire : “citoyens à part entière”, les Antillais sont aussi et malheureusement des “citoyens entièrement à part”. En effet, dans l’inconscient de bon nombre de métropolitains, les immigrés – au sens précis du terme – en provenance des Dom-Tom ne sont “pas-tout-à-fait-français”. On pourrait dire d’eux qu’ils sont dans la société métropolitaine non pas des “étranges étrangers” – personne ne leur conteste sérieusement leur qualité de français – mais à tout le moins des “étranges Français”. Et cette confusion concerne aussi leurs enfants nés dans les brumes franciliennes, qui ne sont par conséquent ni étrangers ni même “immigrés”. C’est cette particularité qui rend la quête d’identité des Antillais de métropole si paradoxale ». 17

A travers ce passage, Philippe Dewitte dénonce la marginalisation sociale et raciale que subissent les Antillais et qui rencontrent les mêmes difficultés que les ressortissants étrangers installés en France. Leur appartenance ethnique les distingue de facto des français blancs en dépit du fait qu’ils soient logiquement eux aussi citoyens français à part entière. La référence à Césaire de la part de Dewitte est ici fortement judicieuse. En France métropolitaine, ces Antillais qui sont ressortissants français des Départements d’Outre-mer, sont en réalité considérés comme des français entièrement à part dont le quotidien demeure le même que celui de nombreux immigrés (originaires d’Afrique par exemple) qui doivent faire face au racisme et aux discriminations de toute sorte. Autrement dit, pour les Antillais être français sur papier ne suffit pas et d’ailleurs Frantz Fanon le décriait déjà quand il affirmait qu’il était un étranger en France et que le partage (ou plutôt l’imposition) d’un langage et d’une culture ne sont pas des éléments suffisants pour appartenir à un peuple. 18 Force est de constater que la situation actuelle n’a guère évolué et qu’elle a peut-être empiré vu le débat actuel sur l’immigration en France. Un débat qui concerne paradoxalement les jeunes membres de la communauté antillaise dans la mesure où ils sont considérés comme

17 Dewitte, 33. 18 Frantz Fanon, « Algeria’s European Minority », A Dying Colonialism (New York: Grove, 1965), 49- 47.

16

des immigrés…inexpulsables et qu’ils ont conscience de cette triste réalité. Comme l’explique avec acuité Tyler Stovall dans The Color of Liberty, Histories of Race in France (2003): The fact that young people from the French Caribbean, legally French citizens, are typically also considered immigrants, underscores the racialized nature of the contemporary immigration debate in France. 19

Cette marginalisation sociale et raciale que subit de plein fouet la jeunesse antillaise métropolitaine vivant notamment en région parisienne donne une teinte particulière au phénomène migratoire antillais. C’est cette particularité qui entoure la migration antillaise actuelle et qui s’articule de plus en plus sur les jeunes Antillais que j’analyse dans ma thèse. En effet, parallèlement à la théorie glissantienne qui prévoit une intensification du flux migratoire des Antillais, j’insiste sur le fait que la migration antillaise de ces cinquante dernières années n’implique pas uniquement des mouvements de la population antillaise car il existe ce que le critique Marc Tardieu appelle des « sédentaires potentiellement migrants » 20 que sont les secondes et troisièmes générations d’antillais. Ces générations incarnent la jeunesse antillaise née ou vivant en France et les textes de ma recherche notamment ceux de Pineau et de Frankito, ont pour but de refléter les revendications identitaires que cette jeunesse exprime vis-à-vis de la France et des Antilles. En analysant les luttes, les interrogations et les rencontres de jeunes personnages appartenant à ces générations, je cherche à savoir si l’implantation dans l’espace migratoire français révèlent ou non une appartenance conflictuelle à ce lieu et si l’espace originel des Antilles qui est gardé en mémoire par beaucoup ne constitue pas une échappatoire identitaire permettant de s’accrocher à un espace idéalisé.

19 Tyler Stovall, The Color of Liberty, Histories of Race in France , eds. Sue Peabody et Tyler Stovall (Durham: Duke University Press, 2003), 210. 20 Marc Tardieu , Les Antillais à Paris , (Paris :Editions du Rocher, 2005), 56.

17

A ce titre, grâce à mon corpus, j’analyse l’émergence d’une identité antillaise migrante et j’interroge la manière dont cette identité migrante se construit en parallèle d’une identité insulaire antillaise symbolisant l’appartenance à un lieu ancestral et une terre originelle. Je pose la question de savoir si ces deux identités, migrante et insulaire, s’opposent ou se complémentent et comment elles influent sur les comportements et les déplacements du sujet antillais à travers les espaces. La finalité de ma recherche est de repositionner le débat actuel portant sur le phénomène migratoire des populations guadeloupéennes et martiniquaises et je propose à cet égard des nouveaux concepts tels que migration transitionnelle et migrance afin de mieux prendre en compte la diversité et le dynamisme des déplacements de ces populations. Les terminologies les plus employées pour définir la dynamique migratoire des populations antillaises s’articulent encore autour des notions d’exil et des sociologues comme Jean Galap continuent à qualifier d’exil la migration des Antillais vers la France métropolitaine : La notion d’exil aujourd’hui est plus communément utilisée pour qualifier ce déplacement au sein de l’espace administratif français 21 .

Mon travail de recherche s’éloigne de cette définition réductrice et je démontre au contraire que l’exil ne peut plus prétendre à être l’unique concept utilisé pour qualifier l’expérience migratoire des populations antillaises vers la France métropolitaine. Alors que des critiques comme Gerald Guiness (Here and Elsewhere, Essays on Caribbean Literature , 1993) ou Myriam J.A. Chancy (Searching for Safe Spaces: Afro-Caribbean Writers in Exile , 1997) font état d’un exil caribéen qui met en avant un itinéraire de l’ici vers l’ailleurs (autrement dit un itinéraire partant de l’île caribéenne vers un ailleurs européen, africain ou nord-américain), je montre qu’un tel discours minimise la spécificité des déplacements des populations guadeloupéennes et martiniquaises

21 Jean Galap, “ Les Antillais, la citoyenneté et l’école ”, Migrants-Formation , 94 : 155, 1993.

18

pour qui l’ailleurs loin d’être un ailleurs éclaté entre trois continents, continue à être incarné par la France métropolitaine. Grâce aux textes de ma recherche, j’insiste sur la circulation binaire qu’effectue le sujet antillais entre espace natal antillais et espace migratoire français mais je mets surtout en avant de nouveaux concepts pour déterminer les différents aspects du phénomène migratoire des populations guadeloupéennes et martiniquaises. La migration estudiantine incarne par exemple un des aspects du phénomène migratoire de ces populations et des chercheurs- sociologues tels que Stéphanie Condon et Philippe Dewitte se sont penchés sur ce phénomène pour expliquer le départ massif des jeunes Antillais vers les grandes métropoles telles que Paris ou Londres 22 . Cependant force est de constater que dans le domaine de la littérature antillaise, la critique a plutôt tendance à focaliser sur la migration économique effectuée par les populations caribéennes et la manière dont cette migration est reflétée dans les textes. Des critiques comme Maria Cristina Rodriguez (What Women Lose, Exile and the Construction of Imaginary Homelands in Novels by Caribbean Writers , 2005) et Carole Boyce-Davies (Black Women, Writing and Identity , 1994) insistent en effet sur les raisons économiques, politiques et sociales poussant les caribéens et les caribéennes à migrer hors de leur île et au sein de leurs travaux on réalise que la migration estudiantine se confond avec la migration économique antillaise ce qui minimise sa spécificité et son importance. Sans remettre en cause les raisons socio-économiques évoquées par Rodriguez et Davies, mon travail de recherche tente d’éclaircir et d’enrichir le débat en rappelant la particularités des jeunes ressortissants des îles de la Guadeloupe et de la Martinique, pour qui la migration estudiantine vers la France constitue une migration autre qu’économique dont l’idée du retour au pays natal est clairement définie voire même réalisable.

Full document contains 241 pages
Abstract: My dissertation, entitled "Mobile Islands: Home, Migrancy and Identity in French Caribbean Narratives", examines the representation of home, space and migration in French-Caribbean literature and film. Using original narratives of Guadeloupean and Martinican writers and filmmakers, I demonstrate that the sociological phenomenon of mobility between the Caribbean and France has become a determining factor in the construction of identity of French-Caribbean people. I explain that migration presently highlights the specificity of the diasporic experience of French Caribbean people who are constantly divided about whether to consider France as an extension of home, a second home or as a "home-abroad". In this sense, I argue against the dominant understanding of migration as exile, which fails to suggest the actual magnitude of identity and cultural transformations inflicted by displacement or dislocation and the type of consciousness migration to/from France produces upon the French-Caribbean subject. I also argue that displacements due to migration and travel make the notion and location of home debatable because French-Caribbean subjects never really stay in one place. Finally, whereas scholarship of the mid 20th century produced by eminent writers such as George Lamming, V.S. Naipaul and Edward Kamau Brathwaite tends to focus on the exilic nature of Caribbean migration and the confining aspect of insular life, I contend that in French-Caribbean narratives, migration is reflected as an on-going phenomenon that allow different types of negotiation and mediation between the French-Caribbean subject and his/her living spaces. Therefore I propose new concepts such as transitional migration and migrancy in order to address the complex evolution of migration within French-Caribbean societies and its affect on the identity and cultural construction of French-Caribbeans since the colonial era until the current era of globalization.